Emploi, formation et orientation

Découvrez les réponses des candidats en cliquant sur les questions ci-dessous

Une bonne orientation est primordiale pour la vie future des jeunes et des personnes en reconversion. En 2019, avec le changement de la loi, la Région a pris en main la question de l’orientation et de l’information sur les métiers tout au long de la vie en bâtissant une stratégie régionale de l’orientation avec le Rectorat.

Nous avons ainsi créé en 2020 l’Agence Régionale de l’Orientation afin de fédérer l’ensemble des acteurs permettant ainsi aux jeunes de mieux s’orienter et de s’informer sur les métiers. Elle donne aux établissements scolaires et aux familles de nouveaux moyens pour informer les parents et les enfants.

L’Agence Régionale de l’Orientation et des métiers a pour ambition de fournir aux normands un outil dédié à l’orientation tout au long de la vie et à la découverte des métiers. La Région mène désormais une politique ambitieuse en matière d’orientation car trop de jeunes ne connaissent pas assez les entreprises et les métiers.

A travers ce schéma régional, nous nous sommes fixé 4 objectifs :

  • Permettre aux jeunes et aux familles de mieux connaître les métiers pour éviter les échecs d’orientation ;
  • Éveiller l’ambition qui sommeille chez chaque jeune ;
  • Favoriser l’égalité des chances ;
  • Lutter contre les discriminations et les stéréotypes qui empêchent trop de jeunes femmes d’accéder à certains métiers.

La création de l’Agence de l’Orientation s’est accompagnée du lancement du volet « Je m’oriente » du site internet Parcours Métiers de la Région avec notamment la plateforme Destination Métiers visant à créer de nouveaux processus de rapprochement entre les jeunes et les acteurs économiques.

Enfin, le lancement d’un nouvel événement d’envergure régionale avec le Salon Régional de l’Orientation et des Métiers, qui pour sa première édition en 2019, avant l’arrivée de la Covid, a été une réelle réussite avec plus de 30 000 jeunes visiteurs. Ce grand événement sera reconduit dès la fin de la crise sanitaire.

L’adéquation entre les besoins des entreprises et les compétences disponibles est un enjeu sur lequel la Région a développé une expertise importante ces dernières années. De nombreuses initiatives ont été menées pour mettre en place des formations qui puissent apporter les compétences utiles non seulement aux secteurs d’activités en tension mais aussi aux territoires dans lesquels ces besoins se font sentir. C’est le croisement de ces deux enjeux fondamentaux qui a donné lieu à la solution de proximité développée depuis plusieurs années par la Région à travers l’implantation d’animateurs formation/emploi repartis sur 13 bassins d’emploi en Normandie. Leur rôle est d’être en contact permanent avec les entreprises d’un territoire donné. L’économie d’un territoire est un écosystème vivant, et donc en constante évolution ; ces référents peuvent faire évoluer quasiment en temps réel les offres de formations en fonction des demandes et besoins des entreprises. Par ailleurs, avant la crise COVID, des rencontres régulières, rassemblant acteurs de la formation et de l’emploi ainsi que des entreprises, avaient lieu sur les territoires pour renforcer les échanges et l’identification des besoins. Enfin, ADN a mis en place un service d’accompagnement au recrutement mis à disposition des entreprises pour leurs démarches RH opérationnelles (étude de CV,  pré-entretien pour short list, etc…). Ce maillage territorial et ces actions seront renforcés.

De nouvelles actions seront développées avec notamment :

  • La généralisation d’un travail expérimental mené́ avec les Départements pour la formation des titulaires du RSA en cours de reconversion professionnelle.
  • La création d’un dispositif « Atout Mobilité », la mobilité des jeunes Normands issus des villes moyennes ou de la ruralité qui acceptent de suivre une formation nécessitant un logement en les accompagnant, y compris financièrement.
  • L’augmentation de la rémunération des stagiaires de la formation professionnelle pour ceux qui acceptent des formations permettant de pourvoir des postes sur des secteurs jugés particulièrement en tension.

Enfin, nous renforcerons le dispositif « Une Formation Un Emploi » qui facilite le retour à l’emploi en assurant, en lien avec les entreprises qui expriment leurs besoins de recrutement, l’accès à un contrat minimum de 6 mois.

La Région a peu de dispositifs disponibles dans ce domaine puisque la loi ne lui donne pas compétence en matière de formation des salariés. Néanmoins, 6 secteurs en Normandie bénéficient d’une initiative nationale qui a pour objectif d’anticiper et accompagner la reconversion de salariés. Ces « transitions collectives » permettent d’anticiper les mutations économiques de l’entreprise en accompagnant les salariés volontaires vers une reconversion. Tout en conservant leur rémunération et leur contrat de travail, les salariés bénéficient d’une formation financée par l’État, dans le but d’accéder à un métier porteur dans le même bassin de vie. La Région fera des propositions concrètes pour agir en complémentarité avec ce dispositif afin d’en amplifier les effets.

Même si la loi a changé, la Région continue d’investir pour ses jeunes apprentis afin de consolider les bons résultats obtenus depuis 2016.

Face à la réduction chaque année du nombre d’apprentis depuis 10 ans, la Région a pris à bras-le-corps la relance de l’apprentissage en Normandie. Elle constitue une voie royale d’insertion professionnelle pour les jeunes. En l’espace de quatre ans, après un Grenelle de l’Apprentissage qui a mobilisé tous les acteurs de la formation, le Plan Normand de l’apprentissage a permis d’augmenter de près de 20% le nombre d’apprentis entre 2016 et 2019 pour le faire passer à plus de 26 000. 114 nouvelles formations ont été ouvertes et le Plan Normand pour l’Apprentissage a permis d’accompagner financièrement, pour un total de plus de 75 M€ entre 2016 et 2019, plus de 15 000 employeurs normands ayant recruté des apprentis.

La stratégie en matière d’apprentissage et de formation s’appuie désormais sur le renforcement des infrastructures accueillant les apprentis. A ce titre, 450 M€ ont été mobilisés pour le fonctionnement et les investissements des CFA normands. Ces investissements considérables effectués dans les CFA normands se sont matérialisés notamment avec la construction de nouveaux CFA comme celui de Lanfry II à Saint-Etienne-du-Rouvray (12 M€, le site a ouvert ses portes en 2018) ou l’antenne du CFA Industrie de Caen à Vire (près de 1 M€ en 2019). Enfin, pour valoriser l’apprentissage et faire connaître les métiers, la Région a aussi organisé l’accueil en Normandie d’un grand événement autour de l’apprentissage : les finales nationales des Olympiades des Métiers qui ont rencontré un grand succès avec plus de 65 000 jeunes visiteurs en trois jours.

Même si les modalités d’intervention de la région ont nécessairement été modifiées du fait de la perte de « compétence » dans ce secteur, la Région s’engage à poursuivre son soutien à l’apprentissage en Normandie en :

  • Soutenant, pour plus de 12 M€, la reconstruction du CFA du Havre transformé en Campus des Métiers (qui devrait se terminer en 2023).
  • Regroupant des structures d’apprentissage d’un même site à Alençon pour créer un véritable Campus de l’apprentissage, avec un engagement de la Région de plus de 18 M€.

Pour favoriser la qualité et l’innovation dans les formations en apprentissage, la Région construira aussi un label qualité régional à destination des CFA. Par ailleurs, nous favoriserons le développement de l’apprentissage dans les lycées et aiderons plus encore les apprentis qui décident de faire une partie de leur formation à l’étranger. L’apprentissage sera soutenu dans les collectivités publiques avec une aide spécifique à l’embauche de l’apprenti dans les métiers en tension.

Puisque le développement de l’activité d’une entreprise dépend directement de sa capacité à mobiliser des compétences, cette proposition est effectivement cohérente. Néanmoins, cette initiative doit être créée en complémentarité avec le rôle des OPCO en matière de financement des formations.